top of page

Retards, prix, grèves,
pourquoi la SNCF déraille?

Avec 5 millions de passagers transportés chaque jour, 280 000 salariés, des bénéfices records, la SNCF c’est une des entreprises stars de notre pays. Mais ce géant qui a longtemps fait notre fierté est aujourd’hui traversé par le doute.

Retards en série, trains annulés au dernier moment, rames vétustes, gares fermées, prix des TGV qui flambent, personnel à cran, les défaillances s’accumulent. Un train sur 5 sur certaines lignes est en retard. En cause l’état des voies et du matériel. Rails qui se déchaussent, locomotives à bout de souffle, caténaires rouillés, la SNCF a privilégié le tout TGV au détriment du reste de son réseau. Pour limiter les risques d’accident, la compagnie a dû faire un choix radical. Ralentir la vitesse sur les lignes les plus dégradées. Quitte à rallonger nos temps de trajet !

Avec les conseils régionaux, qui financent les TER, le torchon brule aussi. Certaines régions embauchent des clients espions pour vérifier la ponctualité et la qualité du service. Sur les lignes TGV, si le prix des billets explose c’est tout simplement parcequ’il manque des trains. La SNCF a commis une colossale erreur stratégique en 2015 et mis à la casse prématurément des dizaines de rames encore opérationnelles.

Contrainte par l’état de faire des bénéfices, l’entreprise est-elle en train d’oublier d’être au service du public ?

Un reportage de Paul Labrosse
Montage de Gérard Lemoine

Diffusé le 5 mai 2024
Zone Interdite, 90'

bottom of page